Des nouvelles du Vendée Globe Challenge 2016/2017

17/01/2017

Des nouvelles du Vendée Globe Challenge 2016/2017

Alors qu’un duel au sommet se joue entre Armel Le Cléac’h et Alex Thomson pour rentrer à bon port en grand gagnant de cette course autour du monde à la voile en solitaire, sans assistance et sans escale, permettons-nous de prendre des nouvelles des marins et de leurs avancées dans la course.

Comme nous l’avons rapidement mentionné, les deux premiers navigateurs au classement se tirent la bourre, et très sérieusement. Avec moins de 100 milles de distance qui séparent Alex Thomson de son concurrent en première place Armel le Cléac’h, l’édition 2016/2017 du Vendée Globe offre une fin de course époustouflante en embuscade entre les deux favoris.

Les deux concurrents de course sont annoncés à franchir la ligne d’arrivée jeudi 19 janvier 2017, après plus de 70 jours en mer, dans des conditions d’efforts inimaginables.

À l’heure actuelle, le classement des 5 premiers navigateurs plaçait toujours en première position Armel le Cléac’h (Banque populaire) suivi d’Alex Thomson (Hugo Boss) ; Jérémie Beyou en troisième position (Maître Coq), Jean-Pierre Dick (St Michel-Virbac) puis Yann Elies qui fermait ce classement des cinq premiers concurrents de la course.

Une course dans la course pour arracher la victoire

Bien que le suspense soit toujours à son paroxysme pour savoir qui des deux favoris arracherait la première place, Le Cléac’h reste le premier et semble garder son sang-froid. Son challenger, Alex Thomson le pourchasse littéralement, fonçant sur lui et puisant dans ses réserves d’énergie sans compter, lui permettant de réaliser ainsi, de dimanche à lundi, un record historique de la plus grande distance parcourue en 24 heures avec 536,81 milles abattus, soit un peu plus de 990 kilomètres à la vitesse moyenne de 22 nœuds (environ 40 km/h).

On attend donc ce jeudi l’un des deux en première position dans le chenal des Sables d’Olonne, alors que Le Cléac’h promet de ne rien lâcher, après avoir terminé le Vendée Globe deuxième en 2009 puis 2013.

Alors que les skippers savent tous qu’en trois jours de nombreuses choses peuvent se produire, Le Cléac’h s’exprimait, non sans retenue : « Je ne cache pas qu’il y a un peu de pression… J’aurais aimé une arrivée plus détendue ».

Posté par Raphaël DUMONT le 17/01/2017

Laisser un commentaire

Captcha image