Los Angeles concède à nouveau son intérêt pour l’organisation des JO de 2028

27/07/2017

Los Angeles concède à nouveau son intérêt pour l’organisation des JO de 2028

… et c’est pour Paris que c’est une excellente nouvelle !

Au cœur de pourparlers entre Paris et Los Angeles devant déboucher sur un accord quant à la désignation de la ville hôte des Jeux Olympiques de 2024, la ville de L.A et son maire viennent de faire une nouvelle déclaration soulignant leur intérêt à accueillir les JO en 2028, concédant ainsi plus de légitimité à la candidature parisienne pour 2024.

Après le vote par les membres du CIO instituant la double attribution des JO 2024 et 2028 à Paris et Los Angeles (ou inversement), le CIO a imposé aux deux villes candidates de trouver un accord entre elles pour déterminer quelle ville serait l’hôte de quels JO et en quelle année.

Or, le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a récemment déclaré : « Ce que (les instances olympiques) proposent d'un point de vue financier est tellement intéressant que nous serions stupides de ne pas choisir 2028. Nous avons gagné, mais il est très probable que 2024 ne se produise pas pour nous, même si le mouvement olympique serait bien inspiré de nous choisir pour 2024, car Los Angeles a toujours réussi à relancer la marque JO. A chaque fois qu'on organise les JO, il y a toujours des tas de villes qui sont candidates après. »

Paris plus que déterminée pour 2024 et Los Angeles sans pression

Alors que la candidature parisienne pour les JO 2024 se fait sans relâche depuis bientôt deux ans et qu’elle n’envisage pas se voir perdre pour de nombreuses raisons - centenaire des JO parisiens de 1924, sites historiques mis à contribution, corrections des erreurs passées ayant conduit aux échecs des candidatures passées -, Los Angeles, elle, ne se met pas de pression et voit dans les éditions de 2024 et 2028 de nombreux intérêts.

Ainsi, en termes économiques notamment, la ville hôte de 2028 pourrait profiter de compensations de financement attribuées par le CIO, par exemple dans le cadre des gels envisagés pour les structures mises à contribution pour 2024.

En outre, le fait que L.A ait été vers le consensus en acceptant de remettre sa candidature à 2028 pourrait devenir un argument en sa faveur à l’heure à laquelle se négocieront les termes des revenus financiers des Jeux Olympiques, avec le CIO.

Encore et toujours, la France et les supporters de la candidature parisienne restent à l’affût des prochaines péripéties concernant l’évolution des accords entre Paris et Los Angeles. Toutefois, si aucun compromis n’est accepté, c’est le CIO qui votera le 13 septembre à Lima.

Ci-contre, Eric Garcetti le maire de Los Angeles en conférence de presse.

Posté par Raphaël DUMONT le 27/07/2017

Laisser un commentaire

Captcha image